La France généreuse

Yazid Bensaid (Gauche), Marc Fonbaustier (Milieu), Sani Yaya (Droite)
Yazid Bensaid (Gauche), Marc Fonbaustier (Milieu), Sani Yaya (Droite)

Le ministre togolais en charge de l’Économie, Sani Yaya, l’Ambassadeur de France au Togo, Marc Fonbaustier et le Directeur-adjoint du Département Afrique sub-saharienne de l’Agence Française de Développement, Yazid Bensaid ont conjointement signé, ce jeudi 15 juin à Lomé, trois conventions de financement. Elles sont destinées au renforcement de la formation professionnelle agricole et industrielle au Togo et à la poursuite des actions d’amélioration de l’alimentation en eau potable de la Ville de Lomé.

Par ces conventions, l’Agence Française de Développement met à la disposition de l’État togolais un total de 22 millions d’euros (14.4 milliards de francs CFA) de subventions.

La première convention qui correspond à une enveloppe de 7 millions d’euros (soit 4,6 milliards de francs CFA) permettra le financement du renforcement de la modernisation de la formation professionnelle dans le secteur agricole et rural à travers des appuis à l’ensemble des centres de formation agricole rurale du pays mais aussi pour l’extension du Centre de formation aux Métiers de l’Industrie (CFMI). Ce projet fait suite à un premier projet de modernisation de la formation professionnelle qui avait, en particulier, visé à la création du CFMI et au renforcement et équipement de trois lycées d’enseignement technique, projet de 6 millions d’euros (soit 4 milliards de francs CFA) qui est en cours d’achèvement.

Les deux autres conventions, d’un montant total de 15 millions d’euros (soit 9.8 milliards de francs CFA), dont près de 7 millions sur des ressources issues du 11ème Fonds Européen de Développement (FED) délégués par l’Union européenne à l’AFD, serviront à la poursuite des travaux d’amélioration du réseau d’eau potable de Lomé, en partenariat avec la SPEau et la TdE. Un premier projet d’appui au renforcement du réseau d’eau potable de Lomé avait été financé par l’AFD avec un montant de 11 millions d’euros de subvention, et s’était achevé fin 2016.

Partager cet article: