> A la une > NTIC

L’application Doomevi primée à Paris

03 Oct 2017


Edeh Dona Etchri et Marc Fonbaustier, Directeur général adjoint de CFI

Et de quatre pour le Togolais Edeh Dona Etchri. Après le Prix de l’émergence professionnelle de l’ANPGF (Agence Nationale de Promotion et de Garantie de Financement des PME/PMI en 2014), les premiers prix des concours Apps Togo (challenge des applications les plus innovantes au Togo en 2016) et Hackathon AgriPME en 2017, tous deux organisés le ministère togolais en charge des Postes et de l’Economie Numérique pour sa solution numérique E-agribusiness, cet entrepreneur togolais vient de recevoir une nouvelle récompense à Paris. Celle du programme de Connexions Citoyennes 2017 organisé par CFI pour sa nouvelle application dénommée Doomevi.

Il a été sélectionné à l’issue d’un pitch ce 22 septembre 2017 parmi les 15 finalistes venus de 8 pays d’Afrique francophone. Cette étape lui a permis de donner un véritable coup d’accélérateur à son projet Doomevi.

Doomevi disponible sur le www.doomevi.org, est un site de veille citoyenne qui permet aux internautes de signaler aux autorités ou aux entreprises l’état défectueux ou dangereux de leurs infrastructures.

Photo de famille des 20 finalistes

L’aspect innovant de cette plateforme est qu’elle permet non seulement de faire une géo localisation de ces infrastructures, mais également de fédérer l’énergie des citoyens autour de la cause commune à travers la création d’une communauté.

Edeh Dona Etchri et Pierre Jalladeau, Directeur Afrique de CFI

Ces concitoyens pourront ainsi résoudre si possible leurs problèmes eux-mêmes ou trouver des idées pouvant aider les autorités à remédier au problème.

Le promoteur de Doomevi estime que « cette application va améliorer la participation citoyenne dans la vie active de la nation en stimulant le sérieux et la promptitude dans la réparation et l’entretien des infrastructures publiques ».

« Quand un feu tricolore est tombé en panne, par exemple, ou quand l’ampoule d’un lampadaire est grillée dans un quartier et que tout le monde est plongé dans le noir, cette application va permettre aux pouvoirs publics d’en être vite informés et de savoir exactement le lieu afin d’agir plus efficacement et plus rapidement », a expliqué Edeh Dona Etchri.

Afin d’étendre l’usage de Doomevi à toute la population, un centre d’appel en langues locales est  disponible sur le 86 86 pour les analphabètes et ceux qui ne possèdent ni smartphone ou qui n’ont pas accès à internet.

Partager cet article: