> A la une > Société

Le nord-Togo fait le plein d’infrastructures sociocommunautaires

12 Mai 2017


DSC04605Afin de donner des chances égales de satisfaction de leurs besoins prioritaires, le ministère du Développement à la base et ses partenaires techniques et financiers touchent du doigt les besoins des localités les plus vulnérables. C’est à ce titre que des localités ont bénéficié de plusieurs infrastructures sociocommunautaires dans le cadre de la campagne 2016 de l’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB).

Bâtiments scolaires, blocs de latrines, forages à motricité humaine et à pompe photovoltaïques sont entre autres les infrastructures construites dans les localités qui auparavant se sentaient mises à l’écart voire oubliées.

A Kpatchiate (Préfecture de Tone), grande est la joie des élèves de désormais étudier dans des salles de classes en bonne et due forme, loin des serpents et des intempéries qui les guettaient sous l’ancien hangar de fortune. Le village a bénéficié d’un bâtiment scolaire de 3 classes ainsi qu’un bloc de latrines de 6 cabines bloc dont le coût global est estimé à 22 800 119 Frs CFA.

Le nord-Togo fait le plein d’infrastructures sociocommunautaires 2Gnoubongou, situé dans le canton de Sanfatoute (Préfecture de Tone) peut désormais dire adieu à ses problèmes d’accès à l’eau potable, puisqu’un forage à motricité humaine d’une valeur de 5 251 000 Frs CFA leur a été construit. Au Lycée de Nassablé II, plus de soucis pour faire ses besoins. De même, la localité de Gande peut désormais se faire soigner dans un centre de santé convenable. L’Unité de soins périphériques de la localité a été réhabilitée pour un coût global de 15 133 354 Frs CFA.

Même constat à Mango où les travaux de construction de la maison des jeunes, lancés en février dernier avance effectivement avec un taux d’exécution global d’environ 19%. Les travaux incluent la construction d’un snack restaurant, d’un bloc administratif et d’un bloc administratif sur une superficie de 3 hectares, pour un coût d’environ 39 millions de Frs Cfa par lot d’ouvrages.

Bloc de latrines du Lycée Nassable II

Bloc de latrines du Lycée Nassable II

Je me sens joyeuse, parce qu’avant, il était très difficile de faire mes besoins dans les vieilles latrines nauséabondes, a confié Mlle Satou Tchabletéin, élève au Lycée de Nassablé II, lors de la réception du bloc de latrines de 6 cabines ce 9 mai 2017. Même sentiment de joie à Kansoule-Kowane (Préfecture de Tone) qui a bénéficié d’un forage à motricité humaine.

A Gande, le soulagement est immense. ‘’Ça fait 20 ans que nous souffrons et que nous faisons les doléances. Le toit du bâtiment destiné aux soins était troué et coulait de partout. Le bâtiment de l’infirmier quant à lui était décoiffé. Mais, avec ce bâtiment qui a été réhabilité avec l’aide de l’AGAIB, l’infirmier qui auparavant était parti se loger très loin est désormais tout près de nous et disponible dès que le besoin se fait sentir. Ce qui fait que nous sommes très contents’’, a confié M. Tchanile Tchaboua, Président du Comité Villageois de développement de Gande.

Quant à l’entretien des infrastructures, la démarche est unanime chez les bénéficiaires de toutes les localités. Il s’agit de former des comités de gestion afin de surveiller et de trouver les moyens nécessaires en vue des réparations possibles en cas de besoin.

Notons que la réalisation de ces ouvrages a été possible grâce à une approche participative définie entre les communautés bénéficiaires et l’Agence d’appui aux initiatives à la base (AGAIB) qui leur a permis d’identifier leurs besoins prioritaires et de trouver les partenaires financiers à cet effet. Elle s’inscrit dans le cadre du Programme de développement communautaire et filets sociaux (PDC plus).

joel Dagba

joel Dagba

Reporter et rédacteur chez Lfrii
joel Dagba

Partager cet article: