Le président Faure Gnassingbé aux petits soins pour les femmes et enfants de la CEDEAO

Le président togolais aux côtés de son homologue nigérien ce jeudi 5 octobre à Niamey

Le chef de l’Etat togolais, Faure E. Gnassingbé, président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, a donné le ton, ce jeudi 5 octobre à Niamey (Niger), aux travaux du Forum des premières Dames de l’organisation.

Ce forum a pour objectif de renforcer l’engagement politique des premières Dames des pays membres de l’organisation sous-régionale autour des solutions opérationnelles, relatives à des problématiques telles que la fistule obstétricale et la protection de l’enfant, à mettre en œuvre dans les 15 Etats.

Des débats, il en sortira un consensus général sur la prise en charge de la fistule obstétricale, des mutilations génitales féminines et des violences basées sur le genre, ainsi que l’adoption du cadre stratégique de la CEDEAO pour renforcer les systèmes de protection de l’enfant.

Pour le chef de l’Etat togolais, en vue d’atteindre une croissance soutenue des économies, il est important « d’offrir un cadre social protecteur et un environnement sanitaire adéquat aux citoyens de la CEDEAO qui sont les premiers acteurs de développement ».

A cet égard, le président de la République a insisté sur la mutualisation des efforts en vue d’une véritable synergie d’actions et d’un partage d’expériences pour l’amélioration de la santé maternelle et infantile.

Il a appelé au renforcement du processus d’intégration dans tous les domaines pour réussir le défi de faire de la CEDEAO une véritable communauté des peuples. « L’intégration réussie est aussi celle où toutes les composantes de la société sont mises en situation de parvenir à une insertion sociale, économique harmonieuse», a-t-il déclaré.

Partager cet article: